Présentation de nos

Partenaires

Partenaire

La Collectivité de Corse

La Corse est une collectivité territoriale à statut particulier, au sens de l’article 72 al. 1er de la Constitution. Elle est dotée d’une Assemblée et de compétences étendues.
Depuis le 1er janvier 2018, la “collectivité de Corse” (et non plus “collectivité territoriale de Corse” qui avait déjà un statut particulier) est devenue une collectivité à statut particulier en lieu et place de la collectivité territoriale de Corse et des Départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse.
Dotée des mêmes organes que l’ancienne Collectivité territoriale de Corse, la “Collectivité de Corse” exerce en sus les compétences dévolues aux conseils départementaux, qui sont ainsi supprimés.
Son organe délibérant est l’Assemblée de Corse, élue au suffrage universel direct tous les six ans, en même temps que les élections régionales, via un scrutin proportionnel de liste à deux tours.
L’Assemblée de Corse est composée de 63 conseillers.
L’Assemblée élit son président mais, à la différence des régions, ce dernier n’est pas chargé du pouvoir exécutif. Celui-ci appartient au conseil exécutif composé d’un président et huit membres et élu par l’Assemblée. Le conseil exécutif peut être renversé par une motion de défiance de l’Assemblée de Corse.
La Collectivité de Corse dispose de compétences particulières, fixées par le Code général des collectivités territoriales : éducation, culture et communication, sport et éducation populaire, plan d’aménagement et de développement durable, transports, gestion des infrastructures, logement et foncier, développement économique, environnement

La collectivité dispose de sept établissements publics chargés de la mise en œuvre de sa politique :

  • Agence de développement économique de la Corse (ADEC) ;
  • Office de l’environnement de la Corse (OEC) ;
  • Office des transports de la Corse (OTC) ;
  • Agence du tourisme de la Corse (ATC) ;
  • Office du développement agricole et rural de Corse (ODARC) ;
  • Office d’équipement hydraulique de Corse (OEHC) ;
  • Agence d’Aménagement durable, de planification et d’Urbanisme de la Corse (AAUC).

Partenaire

Le Conservatoire du Littoral

Le Conservatoire du littoral, membre de l’Union Mondiale pour la Nature (UICN), est un établissement public créé en 1975. Il mène une politique foncière visant à la protection définitive des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres et peut intervenir dans les cantons côtiers en métropole, dans les départements d’Outre-mer, à Mayotte, ainsi que dans les communes riveraines des estuaires et des deltas et des lacs de plus de 1000 hectares.
Il acquiert des terrains fragiles ou menacés à l’amiable, par préemption, ou exceptionnellement par expropriation. Des biens peuvent également lui être donnés ou légués.

Il est composé de services centraux, de 10 délégations de rivages, d’une délégation «Europe et International» et d’une délégation à la communication et au mécénat.

Il est gouverné par deux instances : le Conseil d’administration composé principalement d’élus nationaux et de représentants de ministères, et les Conseils de rivages composés d’élus départementaux et régionaux. Il est donc généralement perçu comme un organisme commun à l’Etat et aux collectivités territoriales, où les qualités et les rôles complémentaires de l’un et des autres se conjuguent et se renforcent mutuellement.

Après avoir fait les travaux de remise en état nécessaires, il confie la gestion des terrains aux communes, à d’autres collectivités locales à des associations pour qu’ils en assurent la gestion dans le respect des orientations arrêtées. Avec l’aide de spécialistes, il détermine la manière dont doivent être aménagés et gérés les sites qu’il a acquis pour que la nature y soit aussi belle et riche que possible et définit les utilisations, notamment agricoles et de loisir compatibles avec ces objectifs.

Le Conservatoire du Littoral en Corse c’est :

  • 23% du littoral préservé
  • 71 sites
  • 62 communes
  • 20 480 ha acquis

Partenaire

L’Office de l’Environnement de la Corse

L’Office de l’Environnement de la Corse (O.E.C.) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) doté de la personnalité morale et juridique ainsi que de l’autonomie financière. Il a été créé par l’Article 57 de la loi n° 91- 428 du 13 Mai 1991 portant statut de la Collectivité Territoriale de Corse (CTC).
L’O.E.C. est présidé par un Conseiller exécutif désigné par le Président du Conseil Exécutif. Son conseil d’administration est composé de 29 membres, dont le Président et 17 élus désignés par l’Assemblée de Corse.
Les missions de l’Office de l’Environnement de la Corse sont très larges et transversales, elles sont décrites dans l’article 2 de ses statuts et lui confèrent la charge d’impulser et de coordonner l’ensemble de la politique régionale en matière d’environnement et de développement durable, en assurant la protection, la mise en valeur, la gestion, l’animation et la promotion du patrimoine de la Corse.
La Loi du 22 janvier 2002 a précisé certaines des compétences relevant désormais de la Collectivité de Corse et assumées en tant que telles par l’Office de l’Environnement de la Corse dans des secteurs nouveaux et variés comme la Qualité de l’air, les Réserves Naturelles, les Réserves de chasse et de pêche, ou encore les Plans Départementaux d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés, ou Industriels.
Partenaire financier des communes et des communautés de communes, des associations comme des services de l’Etat, l’Office de l’Environnement de la Corse est également un partenaire technique disposant d’un personnel doté d’un haut niveau de qualification.

L’OEC conduit, avec ses partenaires, la mise en œuvre de la politique régionale environnementale dans les domaines suivants :

  • Protection et gestion des espaces et des équilibres naturels, préservation des espaces sensibles tant sur le littoral qu’en montagne, éléments essentiels de la politique de développement durable.
  • Protection et gestion des espèces végétales et des espèces animales insulaires.
  • Protection des milieux aquatiques et des ressources en eau, protection des milieux marins, prévention contre les incendies.
  • Lutte contre les pollutions et nuisances et notamment l’élimination des déchets et le traitement des eaux usées.
  • Promotion de la qualité de la vie (qualité de l’eau, qualité des paysages, aménagement de l’espace…), valorisation et protection du patrimoine bâti.
  • Information, communication, publications et sensibilisation de tous les publics et en particulier de la population scolaire aux problèmes de l’environnement et du développement durable.

Partenaire

La Commune de Sartène

Sartène, sous-préfecture du département de Corse-du-Sud, se situe au sud-ouest de la Corse dans les montagnes. Elle est, par sa superficie, la plus grande commune de Corse et la quinzième des communes de France métropolitaine. D’une superficie totale de 200,4 km², la ville comptait 3 308 habitants en 2015.

Le pays sartenais présente une géographie diversifiée de montagnes, de rivières, de 33 km de côtes ainsi que des sites archéologiques d’une grande valeur.

Selon Prosper Mérimée, Sartène est « la plus corse des villes corses ».
L’échauguette de Sartène est le symbole de cette ville très pittoresque. Située place de Guardiola, elle date de la fin du XVIe siècle. Elle était le seul élément du bastion de défense constitué par le quartier Pietraggio. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques.

Partenaire

La Commune de Belvédère Campomoro

Belvédère-Campomoro est une commune du sud-ouest de la Corse-du-Sud

Elle est composée :

  • du village de Belvédère (Belvidè), cœur historique de la commune, dominant le golfe de Propriano du haut de ses 220 mètres d’altitude et faisant face à Tivolaggio ;
  • de la marine de Campomoro (Campumoru), aujourd’hui le plus important lieu habité de la commune, blotti au fond de la baie du même nom au pied d’une tour génoise ;
  • de la marine de Portigliolo (Purtiddolu), que Belvédère partage avec Tivolaggio, village rattaché depuis 1974 à Propriano.

 

La ville tire son nom de l’installation et de la présence des Maures ayant probablement établi un camp dans le lieu-dit de « Portu Elice » avant de déferler sur Sartène et ses environs. Elle fut donc surnommée par les habitants de la région Campu moru ou Campu nieddu, c’est-à-dire le Camp maure ou noir.

Partenaire

La Commune de Grossa

Grossa est une commune située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud.
Le village est situé au sud de la Corse, à 13 km de Sartène au milieu d’un maquis abondant parsemé de rochers. La plupart des maisons sont en granite.  En 2017, la commune comptait 43 habitants.
Outre ses belles maisons de granite, Grossa compte plusieurs édifices ou sites préhistoriques :
Le menhir de Vaccil-Vecchio est situé en contrebas du village.
L’église San Giovanni Battista, ancienne église romane.
Alo-Bisucce est un site archéologique situé à 2 km de Grossa en direction de Sartène, datant de l’Âge du bronze (entre 1300 et 1500 av. J.-C. en France). Il a été découvert entre 1963 et 1965 sous la conduite de Roger Grosjean, l’archéologue qui a étudié les sites de Filitosa et Cucuruzzu. Il a été utilisé par la civilisation torréenne.