Mission : Aménagement

Ouverture et aménagement des sentiers

Présentation

Une connaissance du territoire

L’ouverture et l’aménagement d’un sentier demandent au préalable une bonne connaissance de son territoire, donc de l’avoir parcouru auparavant. Cette connaissance, associée à un travail sur carte permettra de bien définir le futur tracé du sentier en tenant compte de la topographie, du couvert végétal, des points de vues possibles, de l’impact paysager que pourrait avoir cette ouverture et bien sûr de l’éventuelle présence d’éléments de patrimoine bâti. L’objectif est donc de se rendre d’un point à un autre en donnant de la plus-value au sentier (point de vue, patrimoine bâti, ensemble minérale particulier,…) et en essayant de limiter les gros aménagements à l’ouverture et la charge des travaux d’entretien par la suite.

Le travail de reconnaissance reprend, sur le terrain, les principes précédemment énoncés. C’est une tâche qui peut être harassante selon le couvert végétal rencontré. Il se matérialise par l’ouverture d’un layon très discret et la pose d’une rubalise qui valide et précise minutieusement le parcours à suivre lors de l’ouverture.

L’ouverture des sentiers est réalisée à la tronçonneuse pour une végétation haute (plus d’un mètre) et arbustive, ou à la débroussailleuse pour une végétation basse. L’agent suit la rubalise et utilise le matériel adéquat. L’ouverture du sentier se fait en trois « passes », la première concerne une ouverture presque « mécanique » du sentier et la deuxième inclue les finitions, le bon calibrage du sentier dans sa largeur, l’ouverture des points de vue,… Le troisième passage est réalisé à l’aide d’une pince sur les rameaux les plus fins Les rémanents sont incinérés, cachés ou bien broyés.

Le travail sur l’emprise du sentier concerne en premier lieu le terrassement afin de casser, si nécessaire, un dévers latéral trop important. Un léger devers est maintenu pour évacuer de suite les eaux de pluie. Un travail de dessouchage est alors engagé car avec le flux des promeneurs, les souches même arasées, vont ressortir et gêner la marche.

Des coupes d’eaux sont réalisées dans les portions de sentier les plus pentues afin d’évacuer le ruissellement des eaux de pluie. Des pierres assez importantes sont « plantées » dans le sol, en travers du sentier (avec un angle ouvert de 30°) pour ne les laisser affleurer que de quelques centimètres. On peut également réaliser une coupe d’eau en sur creusant le sentier et en formant un mamelon à l’avant, avec le déblai. Dans les deux cas, il est important d’entretenir ces ouvrages pour une bonne tenue du sentier dans le temps.

La réalisation d’emmarchements en pierre dans les portions les plus pentues améliore le confort de marche et participe à la bonne tenue du sentier dans le temps. Les pierres utilisées sont choisies et récupérées à proximité (meilleure intégration paysagère), elles sont importantes par leurs poids et possèdent, à minima, une façade plane. Les agents réalisent des fouilles en fonction des pierres à placer. Celles-ci sont ensuite calées à l’aide de cailloux de blocage positionnés à l’arrière. Une couche de terre est ensuite étalée et damée par-dessus le blocage. Aucun mortier n’est utilisé, c’est pour cela que les pierres d’emmarchements doivent être massives.

Régulièrement, il est nécessaire de déplacer des rochers afin d’ouvrir le passage ou bien de fluidifier le tracé du sentier. Les rochers les plus imposants sont déplacer à l’aide d‘un tir fort et/ou d’une barre à mine. Ces rochers sont à déplacer sur les côtés du sentier, ils sont cachés ou placés dans une fouille pour les « noyer », on recherche ici un effet naturel. Il faut éviter de marquer les rochers (coup de barre à mine) et exposer, de préférence, le côté « lichen ».

Pour en savoir plus

À lire également

Restauration du petit patrimoine bâti

Les travaux de restauration que le syndicat entreprend, ont pour objectif de mettre en valeur ces constructions anciennes

Mise en place de la signalétique

La signalétique est importante sur un site, elle informe, elle guide et parfois même elle rassure.